COCNet accueil INFORMATION PROFESSIONNELLE

COCNet sommaire secteur professionnel

LE
GLAUCOME

THÈMES ABORDÉS

Antimitotiques
Traitement des glaucomes  
Les antimitotiques dans la chirurgie du glaucome  
Une recherche plus rapide dans Medline  
Trabéculectomie avec 5-fluorouracile  
Le suivi post-opératoire des glaucomes  
La sclérectomie profonde est efficace à six ans
L’actualité glaucome sur Medline
Les grandes études - CIGTS (3/5)

Sclérectomie profonde
Combinée phako-sclérectomie : moins de fuites  
Sclérectomie profonde : la chirurgie du glaucome à globe fermé  
Les bons résultats à long terme de la sclérectomie profonde sont confirmés  
L’OCT fait des bulles  
Traitements du glaucome - les fiches d’information  
Le glaucome
Les nouveautés - 12 octobre 2002 (1/12)
Sclérectomie profonde : où en est-on ?
Sclérectomie profonde
Comment suivre un patient opéré de chirurgie filtrante ? (12/12)




Contrat Creative Commons
Cette création MediaMed Publications est mise à disposition sous un contrat Creative Commons

Les antimitotiques dans la chirurgie du glaucome

10 juillet 1997

Glaucome.net - Le glaucome sur COCNet - pages professionnellesLES ANTIMITOTIQUES DANS LA CHIRURGIE DU GLAUCOME

L’usage des antimitotiques, y compris dans la sclérectomie profonde, est nécessaire lorsqu’il existe des facteurs de risque d’échec de filtration sous-conjonctivale :

  • les aphaques et pseudophaques ;
  • les échecs d’une intervention filtrante préalable ;
  • les sujets jeunes de moins de 40 ans ;
  • les antillais et d’une manière plus générale, les sujets de race noire ou jaune ;
  • les échecs d’une trabéculoplastie de moins de trois mois ;
  • les sujets auparavant médicalement traités au long cours par collyres ;
  • les glaucomes néovasculaires et les uvéites hypertensives.

La 5 fluoro-uracile à l’éponge, 50 mg pendant 5 minutes, entre volet scléral superficiel et plan scléral profond, constitue un traitement antimitotique doux réservé aux patients présentant des facteurs de risque peu importants. Dans les autres cas on utilise la mitomycine 0,2 mg pendant un temps variable, proportionnel à l’importance des facteurs de risque.

En présence d’une bulle de filtration kystique avec hypertonie, nous utilisons quelquefois la 5 fluoro-uracile, diluée au 1/5e, en injections dans cette bulle. Nous ne dépassons pas le nombre de trois ou quatre injections pratiquées tous les deux ou trois jours. Nous n’insistons pas si la normalisation tensionnelle n’est pas obtenue. De toute façon, ces injections in situ doivent être effectuées avec prudence afin d’éviter une diffusion dans la chambre antérieure. Nous avons pu observer à cette occasion des oedèmes cornéens transitoires mais fort gênants. Evidemment ces injections se révèlent beaucoup moins risquées après sclérectomie profonde puisque la chambre antérieure n’est pas ouverte.

Philippe Demailly